Ezra Levant: Day don’t care for religion!

Depuis le 1er juin la loi anti-religion applicable dans les CPE et les garderies subventionnées du Québec est officiellement en place. Le jour de l’annonce de cette nouvelle loi par la ministre Yolande James l’an dernier j’avais contacté le député adéquiste François Bonnardel, avec qui Éric Lanthier et moi-même avions eu une rencontre la veille. À plus d’une reprise on m’a assuré sa collaboration mais juin est arrivé et je n’ai hélas jamais reçu le suivi promis. Résultat: Nous nous retrouvons maintenant avec des moniteurs de garderie qui ne comprennent pas les détails de l’application de cette loi et qui censurent le droits des enfants à la libre expression de leurs croyances.

(Note: François Bonnardel a changé de relationniste depuis le mois de mai. J’ai donc entrepris de la rencontrer en ce mois de juillet.  Les détails de cette histoire seront envoyés dans notre lettre mensuelle aux supporteurs du RCSQ d’ici quelques jours. Pour faire partie du réseau voyez notre section « Le projet RCSQ ».)

Dans cette chronique Ezra Levant rappelle que tout financement du gouvernement vient à un grand prix. Il énonce (avec raison) que la forme d’application actuelle de cette loi fait en sorte qu’il est désormais interdit de réciter notre hymne nationale dans une CPE puisque celle-ci contient les paroles « Il sait porter la croix »…

Dans un futur article nous verrons en quoi cette application ne respecte PAS les termes de la loi dans les faits. Mais puisqu’aucune mise-au-point n’y est apportée, on est en droit de se demander si cette application exagérée ne faisait pas partie du plan initial…

Stéphane Gagné

 

Cette entrée a été publiée dans Commentaires Médiatiques, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.